Accueil > Université Mohammed VI Polytechnique

Un pôle d’excellence référent

Installée, depuis 2013, au cœur de la ville verte de Benguerir, l’Université Mohammed VI Polytechnique compte parmi les principaux projets de développement du Groupe OCP. Proche du monde économique, l’établissement ambitionne d’accueillir, d’ici à 2025, 12 000 étudiants marocains et étrangers et un millier d’enseignants-chercheurs et de devenir un pôle référent en matière de recherche appliquée, d’innovation et de formation de haut niveau. La majorité des cours dispensés en son sein font écho à des enjeux économiques et environnementaux chers au continent africain, comme la gestion des ressources naturelles et de l’agriculture, les énergies renouvelables, le génie chimique ou le génie industriel. Depuis quatre ans et l’ouverture officielle de sa première structure intégrée, l’Ecole de management industriel, l’Université Mohammed VI Polytechnique a créé plusieurs filiales au Maroc (Africa Business School de Casablanca, Technopole Foum El Oued de Lâayoune, Faculté de gouvernance, de sciences économiques et sociales de Rabat…) et noué de nombreux partenariats internationaux (École des mines de Paris, Sciences Po Paris et Aix, Massachusetts Institute of Technology, Columbia University…). Cette ouverture sur le monde se traduit également par la mise en œuvre de modes d’éducation digitaux innovants, de contenus et de cours en ligne soutenus par des technologies numériques de premier plan.

La recherche au service de l’agriculture durable

L’Université Mohammed VI a engagé plusieurs projets visant à accompagner le développement d’une agriculture africaine durable et résiliente. Elle a notamment donné vie au premier centre africain d’excellence pour la recherche autour des sols et des fertilisants, dont la vocation est de constituer et d’enrichir une base de données numériques de tous les sols du continent africain et de doter chaque pays des outils nécessaires à une connaissance optimale de ses sols.
En collaboration avec l’ONG Climate Interactive, elle a également développé un outil innovant de concertation et de décision sur les politiques à mener et la dynamique à insuffler en matière d’agriculture climato-intelligente. Des formations ont jusque-là été organisées dans plusieurs pays (Maroc, Ghana, Ethiopie, Kenya, Afrique du Sud, Nigéria, Sénégal, Côte d’Ivoire) sur l’amélioration durable de la productivité et des revenus agricoles, l’adaptation et le développement de la résilience face aux changements climatiques et sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre. Deux modèles d’études de cas ont été élaborés pour le Maroc et l’Ethiopie et 65 simulations indépendantes effectuées, pour 7 770 bénéficiaires.

Autre volonté de l’Université : implanter, dans quatorze pays d’Afrique, des plateformes de recherche expérimentale en agriculture et des laboratoires de recherche appliquée interuniversitaires, essentiels pour relever les défis de l’industrialisation, de la sécurité alimentaire et de la santé. L’unité pilote, créée en Côte d’Ivoire, en partenariat avec l’Institut national polytechnique Félix Houphouet-Boigny, intègre une ferme et une usine écoles et développe des recherches en matière de ressources vivrières et de diversification des cultures locales.